Dans la vie d’un travailleur ou d’une personne active en général, il est peu commun de traverser une période difficile entrainant parfois un licenciement ou une démission, laquelle amène à devenir chômeur. Le chômage est une embûche délicate semée de courses contre la montre afin de rechercher un emploi tout en se préoccupant de sa situation financière, notamment le fait de ne pas pouvoir joindre les deux bouts afin de payer les factures et le loyer. Néanmoins, une solution existe pour les chômeurs, moyennant certaines conditions auprès du pôle emploi, afin de percevoir une indemnité mensuelle de chômage dite allocation de retour à l’emploi (ARE). Cette allocation est touchée par les personnes ayant subi un licenciement, une démission ou ayant rompu leur contrat de travail à travers une rupture conventionnelle.

Les conditions à présenter afin de toucher l’ARE sont :

  • L’inscription à pôle emploi.
  • Avoir cotisé au chômage.
  • Avoir travaillé au moins 4 mois sur les 28 derniers mois pour les moins de 53 ans et 4 mois sur les 36 derniers pour les plus de 53 ans n’ayant pas atteint l’âge de départ à la retraite.
  • Être activement à la recherche d’un emploi en envoyant des CV et en répondant à des offres de emploi.

Calcul du montant alloué :

Le montant de l’allocation de retour à l’emploi est basé sur le salaire journalier de référence. Ce dernier est calculé en additionnant le total des salaires perçus au cours des douze mois précédant le dernier jour travaillé, et divisé par le nombre de jours travaillé multiplié par 1,4. Ce salaire de référence sera la base du calcul du montant de l’allocation chômage journalière puisque celle-ci sera égale au minimum à 57% du salaire journalier de référence, ou à 40,4% de ce salaire en plus de 11,92 euros de partie fixe. Le plus important des montants est versé au chômeur. L’allocation chômage est plafonnée à 75% du salaire journalier de référence et ne peut être inférieure à 29,06 euros par jour. Soumise à un impôt sur le revenu, l’allocation de retour à l’emploi est versée par le pôle emploi au chômeur après avoir déduit le montant de l’imposition.

Durée de l’indemnisation :

L’allocation de retour à l’emploi est un revenu dont la durée peut varier entre 24 mois et 36 mois selon les salaires perçus par le chômeur avant sa rupture de contrat et également selon son âge. L’indemnisation n’est pas automatique ; il faut s’inscrire au pôle emploi et attendre un délai de latence de 7 jours après son dernier jour de travail, lequel peut être prolongé si le chômeur perçoit des indemnités exceptionnelles comme celle de la rupture conventionnelle.

Plus de story :